June 6, 2017 Sasha the Housewife 0Comment

Maman de trois enfants en quatre ans, nombreuses sont les personnes qui me demandent souvent comment je fais pour m’en sortir. La plupart en ont déjà un ou deux enfants, et se sentent submergés dans leur quotidien. Dès qu’on sort de cette sphère de normalité, on tombe dans la catégorie des familles nombreuses. Eh oui!!!! Les temps ont changé, dès que le nombre des enfants s’élève à 3, on attire les regards partout où on passe.  Comment faisaient nos grands-parents pour avoir une douzaine d’enfants? Ça reste une intrigue!!!

Avec l’émancipation de la femme au cours du dernier siècle, beaucoup de choses ont changé dans la société. Nous avons plus de contrôle sur notre vie, sur nos choix, sur notre pouvoir financier, sur nos loisirs etc….  Mais il y a une chose qui ne changera jamais, c’est cet amour maternel qui est ancré en nous, ce besoin de materner, d’aimer, de se sentir aimé inconditionnellement.

Au fur du temps, la société nous impose des normes, ces dernières combinées à nos peurs et questionnements nous font réfléchir avant de franchir cette étape, celle de devenir une exception. Qui a imposé cette règle de la famille idéale (Papa, Maman et deux enfants)? Sur quoi s’est-il basé?  Nous ne savons pas mais nous l’avons accepté inconsciemment alors que ça devrait être un choix personnel.

« S’il y en a pour deux, il  y en a pour trois » dit l’adage. Et pourtant, nous vivons dans une société où tout est conçu pour les familles de quatre, alors avoir trois enfants peut s’avérer compliqué…

Chaque situation est différente, il suffit de bien réfléchir, de peser le pour et le contre et de suivre son cœur. Ça ne sert à rien de faire une ribambelle d’enfants si nous ne sommes pas en mesure de s’en occuper. Alors, je m’adresse à ces parents tout heureux d’avoir deux enfants déjà et qui souhaitent avoir un troisième. Je vous dis : osons bafouer les règles!!! Tout est question d’organisation et de priorité. Ce n’est pas parce que la société me l’impose que je vais changer mes rêves. Oh que non! C’est à moi d’imposer mes rêves à la société.

Lorsque j’ai eu mon deuxième enfant, la première personne qui m’a félicité m’a dit ” Wowww tu as décroché le choix du Roi, un garçon puis une fille, t’es chanceuse ta famille est désormais complète”.D’habitude, ce sont les couples ayant deux enfants du même sexe qui tentent leur chance une troisième fois pour avoir un enfant du sexe opposé. Mais, personnellement, mon désir d’avoir un troisième bout de chou a été animé par le bonheur d’être parent, les sourires de ces petits anges, leurs éclats de rire, ces moments de joie que je partage tous les jours avec mon mari, ces gros câlins qui nous vont droit au cœur. C’est un bonheur immense, il faut le vivre pour le comprendre et je le souhaite à tout un chacun.

Mais vous me direz aussi qu’il faut que ça soit réalisable! Ayant vécu l’expérience, je suis bien placée pour vous parler de la différence entre deux et trois enfants. Je développerai prochainement les différents points importants qui font hésiter ces couples et bien sûr les avantages qui y sont associés.

Laisse un commentaire